Sébastien Morice, né à vannes en 1974. Talentueux faussaire des rubriques-à-brac (sa période faste fût la fin du collège et le début du lycée) Il décide assez tôt de s’asseoir à la droite de Gotlib. Cependant, Bac en poche, une année aux beaux-arts pleine d’incompréhension lui laisse un goût amer dans la bouche et fièrement, il décide enfin de se consacrer à métier sérieux : Architecte. Mais le démon du dessin est déjà bien implanté et après une lente gestation il ressurgira furieusement près de quinze ans plus tard. En effet, lassé de l’image de synthèse vers laquelle il s’était dirigé après l’obtention de son diplôme, grâce à une spécialisation en rendu architectural (image fixe et animation, il décide de s’investir totalement dans la BD et l’illustration. Le déclic s’est produit suite à un congé parental qui lui a permis de nouer des contacts décisifs. Parmi ces contacts, les éditions Petit-à-petit lui donnent sa chance en lui commandant deux histoires courtes parues dans deux recueils BD : « Contes et légendes du moyen-âge » et « poèmes érotiques de la littérature ». En 2009 il réalise également pour l’éditeur normand son premier album :« Le café des colonies », l’adaptation BD d’une nouvelle de Maupassant intitulée « Boitelle » par Didier Quella-Guyot. Suivra un polar tahitien sur fond de première guerre mondiale : « Papeete, 1914 ». Une histoire polynésienne en deux tomes parue chez E. Proust, toujours avec Didier Quella-Guyot au scénario. (Tome 1 en 2011, tome 2 en 2012) Fin 2013, le tandem illustre les péripéties d’un jeune facteur breton durant la grande guerre : « Facteur pour femmes ». Un album de 110 pages signé chez Bamboo, collection Grand angle, paru en Septembre 2015. En 2017, toujours chez Grand angle, Didier et Sébastien sortent « l’île au remords ». L’histoire d’un jeune cévennol qui s’engage dans l’armée fin des années 30 pour fuir sa condition de paysan. Il y découvrira l’aventure mais aussi les bagnes… Un beau récit qui se déroule des Cévennes à la Corse en passant par l’Algérie, la Guyane et l’Indochine… Actuellement, il adapte le premier volet de la célèbre trilogie marseillaise de Pagnol : « Marius », avec Serge Scotto et Eric Stoffel au scénario.

Laisser un commentaire